Nos disques

 

1. Introït:

2. Antienne:

 

 

3. Kyrie:

4. Répons bref:

5. Antienne:

 

 

6. Antienne:

7. Introït:

8. Offertoire :

 

 

9. Répons:

10. Hymne:

11. Alléluia:

 

 

12. Répons bref:

 

 

13. Impropères :

 

 

14. Communion:

15. Communion:

 

 

 

16. Antienne:

17. Répons:

18. Hymne:

19. Graduel:

 

 

20. Répons:

21. Graduel:

22. Hymne:

 

 

23. Communion:

24. Offertoire :

Notre enregistrement est consacré à une illustration des modes grégoriens dont le pôle étymologique de base est le degré MI

Lire notre article sur la modalité grégorienne

Extrait de l'introït Vocem Iucunditatis

Interprètes : Capella Luscinia

Direction : Adrien Forget

Date et lieu d'enregistrement : Août 2013, église de Saint-Hilaire-du-Bois (Gironde - France)

Prise de son et montage : Jean-Yves Martineau

   (Art et Musique - Angers)

Pressage : Multidisc (Antwerpen - Belgique)

Langues du livret : français, english, deutsch

Date de parution : 15/07/2015

INTRODUCTION

Vocem iucunditatis

Expugna

 

MODE ARCHAÏQUE E (MI - MI)

Kyrie XVI

Ostende nobis Domine (Avent, Sexte)

In matutinis (Dimanche Laetare, Laudes)

 

EXTENSION À L’AIGU MI - sol ➚

Habitabit (Samedi Saint, Matines)

Resurrexi (Pâques)

Illumina (4e dimanche après la Pentecôte)

 

EXTENSION À L’AIGU MI - la ➚

Ecce quomodo moritur iustus (Samedi Saint, Matines)

Iesu, nostra redemptio (Ascension, Vêpres)

Ascendit Deus (Ascension)

 

BIPOLARITÉ MI - ré ➘

Inclina (Tierce du dimanche)

 

DESCENTE DE LA FINALE MI - do ➘

Popule meus (Vendredi Saint)

 

DESCENTE DE LA FINALE MI - si ➘

Memento verbi tui (20e dimanche après la Pentecôte)

Benedicimus (Dimanche de la Trinité)

 

 

DESCENTE DE LA FINALE MI - la ➘ par si ♭

Tanto tempore (Saints Philippe et Jacques, Vêpres)

Vidi speciosam (Assomption, Matines)

A solis ortus cardine (Noël, Laudes)

Adiutor (Septuagésime)

 

DESCENTE DE LA FINALE MI - la ➘ par si ♮

Vidi Dominum (Toussaint, Matines)

Ecce quam bonum (22e dimanche après la Pentecôte)

Christe Redemptor omnium (Noël, Vêpres)

 

CONCLUSION

Passer (3e dimanche de Carême)

Iubilate Deo (4e dimanche après Pâques)

Ange de l’Ascension

Cathédrale de Chartres, portail roman

Vocem iucunditatis - Un message de joie

Liste des pièces contenues sur ce disque

Introduction

1. Introït : Vocem iucunditatis (5e dimanche après Pâques)

Vocem iucunditátis annuntiáte, et audiátur, allelúia : nuntiáte usque ad extrémum terræ: liberávit Dóminus pópulum suum, allelúia, allelúia.

 

V. Iubiláte Deo omnis terra : psalmum dícite nómini eius, date glóriam laudi eius.

V. Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

 

Annoncez un message de joie et faites-le entendre, alléluia : proclamez jusqu’aux extrémités de la terre : le Seigneur a délivré son peuple, alléluia, alléluia.

 

Verset 1. Acclamez Dieu, terre entière : chantez un cantique à son nom, donnez de l’éclat à sa louange.

Verset 2. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

 

Cet introït est un des représentants les plus aboutis du mode «MI avec descente de la finale au la, par si bémol », catalogué 3e mode dans l’octoechos (et avec notation à la quinte, en SI, dans les livres de chants). En raison aussi de son architecture particulièrement réussie et de l’enthousiasme pascal qu’il exprime d’un bout à l’autre, nous l’avons placé en tête de cet enregistrement.

La mélodie se déploie dans toute l’étendue de sa large bipolarité modale, avec de grands élans d’intonation partant du pôle inférieur la (noté à la quinte, en mi), avec de claires récitations sur le MI (noté SI), et avec des montées joyeuses à la tierce et à la quarte au-dessus de cette corde principale. Très typiques du mode, les oscillations entre MI et fa (notés SI et do) : MI comme degré architectural principal du ½ ton de l’échelle : le fa vibre en ses tristrophas au-dessus des MI, en répondant à l’appel des MI qui le précèdent…

2. antienne : expugna (Matines du lundi)

Expúgna impugnántes me.

Désarmez ceux qui combattent contre moi.

Cette courte antienne se retrouve dans les manuscrits avec des mélodies apparentées : elles débutent de la même façon, en mode de MI (mi-mi-ré-do…), mais s’achèvent de diverses manières, sur différents degrés finaux. Nous avons là un exemple de modalité unipolaire évoluant en diverses bipolarités descendantes.

(Manuscrit de Lyon : mode E; manuscrit de Langres : mode E; manuscrit de Châlons : mode MI-ré ; manuscrit de Metz : mode MI-do ; manuscrit de Troyes : mode MI-si).

mode archaïque E (Mi-mi)

3. Kyrie XVI (féries de Carême)

Kýrie eléison. Christe eléison. Kýrie eléison.

Seigneur, ayez pitié. Christ, ayez pitié. Seigneur, ayez pitié.

Le regroupement des chants de l’ordinaire en messes (Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei) telles qu’on les trouve dans les livres de chant actuels est une création récente (Kyriale publié par Solesmes en 1904, à l’instar de messes rassemblées à l’époque médiévale). Mais un Kyrie tel que celui-ci est dans une modalité archaïque en MI, sauf la formule finale qui descend à la quinte. Ce fait et la constatation que la mélodie reprend le thème des litanies antiques romaines permettent d’inférer que nous sommes ici en présence d’un des chants les plus anciens, datant peut-être de l’époque où le Kyrie a été introduit au début de la liturgie de la messe (vers le Ve siècle).

En sa simplicité, la mélodie épouse le mouvement des paroles et exprime la supplication.

 

4. Répons bref : Ostende nobis (Avent, à sexte)

Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam.

Et salutáre tuum da nobis.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto.

Montrez-nous, Seigneur, votre miséricorde.

V. Et accordez-nous votre salut.

V. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit.

La mélodie de ce répons bref est rattachée au temps de l’Avent. En mode archaïque de MI, elle exprime bien l’élan intense de la prière des chrétiens appelant le Messie de miséricorde qui apporte le salut.

On retrouve les échanges très typiques entre les deux degrés du ½ ton (MI et fa), qui donnent à la mélodie sa douce intériorité.

© Copyright 2015 Association Saint-Jérôme