Nos disques

en vente chez tout bon libraire.

Si vous avez des difficultés à vous les procurer, vous pouvez nous contacter en utilisant le formulaire

ci-dessous.

Aurea Luce

vocem iucunditatis - Un message de joie

Ce disque de chant grégorien est constitué d'un florilège sous forme d'un parcours à travers la journée liturgique, encadré de deux chants de communion qui jouent le rôle d'introduction et de conclusion.

Pour ce nouvel enregistrement, la Capella Luscinia vous présentent 24 chefs-d’oeuvre de la liturgie latine qui illustrent les principaux modes grégoriens dont l'étymologie les rattachent à la corde-mère mi.

Détails du disque

Articles récents

Bref aperçu de l'essence modale du chant grégorien

Capella Luscinia

La Capella Luscinia est un groupe vocal qui s’est constitué il y a une dizaine d’années, aux fins de pénétrer davantage dans la connaissance et la pratique de l’art grégorien, dont il est enthousiaste, et de contribuer à en faire goûter la vérité et la beauté.

La Capella Luscinia reconnaît en Dom André Mocquereau le maître qui a fait revivre les neumes, par la redécouverte de la rythmique fondamentale, par ses études sur l’accent latin, par ses travaux paléographiques, et par leur mise en oeuvre dans l’enseignement et la pratique concrets.

Elle s’intéresse aussi de près aux progrès récents dans les domaines de la sémiologie et de la science de la modalité, et en intègre les résultats à l’interprétation. Elle étend son répertoire aux versions mieux restituées qui apparaissent peu à peu.

Le nom du groupe a été choisi en référence au poème De Luscinia, en vers élégiaques, d’Alcuin d’York, conseiller de Charlemagne et grand artisan de la Renaissance carolingienne. Alcuin a contribué par tout son pouvoir et son influence à la romanisation de la liturgie et, par là, à la diffusion du chant grégorien dans l’Empire carolingien.

Le chant grégorien

On appelle « chant grégorien » le vaste répertoire de chants liturgiques propres à l’Église romaine, que l’on trouve constitué pour l’essentiel dans des manuscrits de l’époque carolingienne (VIIIe-IXe siècles). Ces premiers manuscrits ne comportent pas de notation musicale, mais, une centaine d’années plus tard, apparaissent d’autres manuscrits, provenant de centres répandus dans toute la chrétienté occidentale, qui manifestent l’unité et la stabilité de la transmission du répertoire au travers de notations musicales très élaborées.

Source de la musique occidentale jusqu’aujourd’hui, le chant grégorien est lui-même un art parfait, très diversifié en ses formes et ses structures et d’une grande richesse modale. Il est aussi un art bien vivant, étant essentiellement liturgique, c’est-à-dire faisant partie intégrante des célébrations solennelles du culte.

Le chant grégorien connut tout de même une période de décadence à partir du XVIe s : on lui fit subir des déformations mélodiques au goût de l’époque et on instaura des styles d’exécution pesants et disgracieux. Dans le travail de restauration, commencé au cours du dix-neuvième siècle, un rôle de premier ordre revient aux moines de Solesmes, tant sur le plan de la re-découverte de son vrai rythme qu’en ce qui concerne les restitutions mélodiques. L’immense labeur des moines dévoués à la recherche des plus anciens manuscrits, à leur déchiffrage, et à leur collationnement rendit possible la publication de l’Édition Vaticane (en 1908), qui représentait un progrès important mais restait malheureusement quelque peu bridée en raison de préjugés de la Commission chargée d’évaluer les propositions de restitutions.

Depuis lors, la poursuite des recherches et le travail scientifique ont permis la préparation de versions plus critiques, plus fidèles à l’oeuvre des anciens compositeurs anonymes. Solesmes n’a encore rien fait connaître pour le Graduel, mais la revue Beiträge zur Gregorianik (réalisée par une équipe allemande et italienne de disciples de Dom Cardine - Internationale Gesellschaft für Studien des Gregorianischen Chorals - www.aiscgre.de) publie de telles versions depuis plusieurs années et nos exemples donnent un avant-goût de la transfiguration de certaines pièces du répertoire obtenue par cette plus grande fidélité aux origines. Les restitutions de l’Introït Resurrexi et de la Communion Passer nous révèlent un chant grégorien aux lignes mélodiques d’une perfection géniale, à la modalité d’une richesse de structure et de couleurs étonnante, et d’une profondeur expressive inégalable.

© Copyright 2015 Association Saint-Jérôme

CONTACT

Submitting Form...

The server encountered an error.

Form received.